Plan de contrôle pluriannuel partiel sur les résidus de pesticides

Les pesticides sont des produits qui protègent les plantes contre les insectes ravageurs, les mauvaises herbes et les maladies. Les résidus de pesticides représentent les traces de ces éléments qu’on peut retrouver dans les aliments. Sous ce terme générique de pesticides se distinguent traditionnellement trois types principaux de substances correspondant à trois usages agricoles différents: les herbicides, fongicides et insecticides.

La fiche catégories de pesticides reprend plus de détail à ce sujet.

Compte tenu des substances actives qu’ils contiennent, l’évaluation des pesticides avant mise sur le marché, ainsi que le contrôle de leurs résidus dans les aliments et dans l’environnement, sont des impératifs de santé publique et environnementale. Leur commercialisation et leur utilisation sont strictement réglementées : pesticides agréés, de qualité loyale et marchande, utilisation selon les bonnes pratiques agricoles et enregistrée, contrôle technique des pulvérisateurs.

Les principales catégories de pesticides sont :

Le contrôle des résidus de pesticides dans les denrées alimentaires d’origine végétales s’inscrit dans le cadre de la mise en place d’un plan pluri annuel partiel pour les pesticides au sein du Service de la sécurité Alimentaire.

Il s’articule en deux parties : le programme communautaire issu du règlement (CE) n° 901/2009 et le programme national de contrôle tenant compte des spécificités du pays. Le plan pluri annuel partiel pour les pesticides a été rédigé sur base d’une évaluation du risque conformément au règlement (CE) n° 882/2004 dans le cadre d'un travail de fin d’études.

L’objectif des programmes de contrôle consistent à contrôler le respect des LMR (limites maximales de résidus de pesticides), c’est-à-dire le respect des bonnes pratiques agricoles. Dans les cas de dépassement de LMR, un suivi est effectué en collaboration avec l’Administration des Services Techniques de l'Agriculture (ASTA), selon le danger présenté par la matière active mise en évidence et le niveau d’exposition prévisible à la denrée concernée.

Ce suivi peut aller de la demande de renforcement des autocontrôles jusqu'au retrait du produit, accompagné de l’information des partenaires européens du réseau d’alerte rapide.

Dernière mise à jour